Les Solutions Rapides pour ma vie

Walt Morrey, NCBTMTB #331446-00
89 rue Montgolfier
69006 Lyon
06.43.51.36.65
Traduction : Claudine VUITTON

Nous le voyons partout : tout le monde veut la solution rapide.
Vous avez un virus ? « Donnez-moi un antibiotique ! ». Vous avez mal au dos ? « Guérissons-le avec la chirurgie ! ». En surpoids ? « Faites le dernier régime à la mode pendant une semaine ! J'ai vu cette publicité à la télé, ça doit être vrai. Le gouvernement nous protège de la publicité mensongère ! »

Illusion !!

Si vous regardez de plus près ces « solutions rapides », vous voyez que chacune d'elles cause des problèmes majeurs à long terme ? Et elles ne sont même pas réellement efficaces à court terme. Nous achetons des promesses, et nous vivons dans l'espoir de ne pas le regretter. Nous n'apprenons réellement de nos propres expériences que si nous cessons de courir après la nouvelle promesse, et si nous regardons sincèrement en nous-mêmes pour découvrir que, le cas échéant, les réponses étaient déjà là avant la dernière « solution miracle »

Il existe une meilleure façon d'agir, mais cela implique de prendre le chemin qui ne promet pas la solution miracle. Et généralement, cela finit en fait par prendre moins de temps, d'énergie et d'argent, et par donner de meilleurs résultats à court et long termes.

Voici un exemple. Imaginez une femme qui a mal au cou depuis 5 ans à la suite d'un accident de voiture. Cette blessure s'aggrave. La douleur se propage. Les médicaments contre la douleur calment sa douleur, mais limitent aussi sa vie : elle sent qu'elle n'est pas en mesure d'en profiter comme elle le souhaiterait, pour elle-même. Un chirurgien pourrait suggérer la soudure de ses vertèbres pour soulager la douleur. Si cette femme le souhaitait, elle pourrait même être opérée dans la semaine. La promesse est alors que sa douleur à long terme disparaisse. Mais cela ne se passe pas exactement de cette façon. Si elle est opérée, elle doit d'abord se remettre du traumatisme subit par le corps. Puis elle doit être suivie par un kinésithérapeute pour retrouver le même niveau de mobilité qu'elle avait avant l'opération. Cependant, la flexibilité de sa colonne vertébrale est définitivement irrécupérable. Elle conservera toujours des séquelles. Des études récentes montrent que pour seulement soulager les douleurs chroniques, la chirurgie entraîne généralement plus de douleur, avec une réduction de la mobilité. Je suggère donc d'essayer les thérapies non invasives avant d'opter pour la chirurgie. Nombreuses sont celles qui ont aidé des personnes - acupuncture, chiropractie, massage, etc. Rappelez-vous que les tous médecins et tous les thérapeutes sont aussi humains - la difficulté est de trouver, et la thérapie adéquate, et le praticien approprié à vos besoins.

Je suis massothérapeute. Je le suis devenu car j'ai un don - j'ai du talent pour réduire la douleur par le massage. En référence à l'exemple précédente, j'ai de bons résultats avec des gens après leur opération, tout comme avec d'autres, avant leur intervention chirurgicale.

Avant l'opération, je travaille à la détente des muscles blessés dans l'accident de voiture. Ces muscles sont probablement resserrés, ils augmentent ainsi la pression sur la colonne vertébrale et peuvent coincer des nerfs. Sans ce relâchement, d'autres muscles se resserreront pour essayer de compenser les blessures. Soit plus de stress ! Les surcharges musculaires locales deviennent alors communes. La douleur s'aggrave. Résorber les blessures des muscles leur permet de revenir à un fonctionnement normal, sans douleur.

Après l'intervention, la blessure musculaire d'origine est toujours là ; la chirurgie essaie juste de réduire ses effets sur les nerfs pincés. Mais elle occasionne aussi des dégâts. Je travaille à effacer la blessure initiale et à restaurer la fonction réduite par l'opération.

Parfois, l'intervention chirurgicale est la seule solution, comme lorsqu'il s'agit de réparer les blessures importantes causées lors d'accidents. Mais le massage conserve toujours une place dans la récupération. Car les muscles sont presque toujours touchés. Même après la guérison du muscle, il peut encore rester des blessures profondes appelées « points de déclenchement » qui affaiblissent le muscle et provoquent la douleur. La thérapie physique qui renforce le muscle portant un point de déclenchement est contre-productive tant que ce point n'est pas libéré, et peut causer une douleur et une frustration excessive à la fois chez le physiothérapeute et chez le client.

Un massage de libération des « points de déclenchement » bien fait présente les caractéristiques suivantes :

La douleur chronique peut aussi provenir d'un excès de stress dans votre vie. Le massage peut aider à y remédier, mais il peut être nécessaire de traiter les sources émotionnelles de votre stress pour une restauration complète.