Massages anti-douleurs chez les femmes

Walt Morrey, NCBTMTB #331446-00
89 rue Montgolfier
69006 Lyon
06.43.51.36.65
Traduction : Eva-Joy Aimé

Il a de nombreuses raisons qui peuvent affecter la santé d'une femme. Par exemple, la fibromyalgie et le syndrome de douleurs chroniques sont bien plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Ces affections peuvent conduire à des réactions en chaîne engendrant des problèmes de santé supplémentaires. Cependant, je crois qu'avec de la patience, de la persévérance et de la douceur, leur nature évolutive peut être inversée.

Voici l'exemple d'une expérience notoire:
Vous commencez à vivre en permanence avec le stress. Peut-être avez-vous de grandes exigences envers vous-même, des problèmes dans votre vie personnelle et familiale, ou connu d'autres situations vous ayant provoqué du stress sur la durée. Vos muscles sont alors en tension constante, ils ne peuvent jamais pleinement se reposer. Votre stress chronique a fragilisé votre corps. Un événement survient, vous faites un faux mouvement, vous avez un accident ou votre corps subit un quelconque dommage. Un muscle est alors endommagé, mais vous continuez, sans prendre le temps de ralentir ou de vous soigner. D'autres muscles viennent prendre le relais, et vous ne vous arrêtez pas, oubliant bientôt cette blessure, conduisant ainsi votre corps à un déséquilibre. Les muscles qui compensent sont soumis à toujours plus de tension, engendrant de nouvelles blessures. Vous commencez à avoir mal, un peu au début, puis la douleur devient constante. Vous consultez un médecin pour traiter ces douleurs. Les médicaments aident, mais ce n'est pas suffisant. Des blessures continuent à apparaitre. Vous vous faites prescrire des médicaments plus forts à des dosages plus élevés. Ces antidouleurs commencent à vous empêcher de penser clairement. Vous souffrez. Vous prenez toujours plus de médicaments. Mais les douleurs continuent à s'accentuer. Et votre vie commence à vous échapper. Vous vivez dans le brouillard. Vous commencez à déprimer. Antidépresseurs. Votre univers se referme autour de vous. Vous n'êtes bientôt plus capable d'aller travailler. Vous devenez dépendant de ceux qui prennent soin de vous mais la souffrance est telle que ça n'a plus d'importance. Vous ne pouvez plus vous passer de vos médicaments; vous êtes accro.

Bien que cela dépeigne un tableau tragique, cela arrive malheureusement trop souvent. La douleur est réelle, la depression est réelle et cohérente. C'est une spirale descendante qui continuera jusqu'a ce que vous décidiez d'entamer les changements nécessaires.

Inverser le processus ne sera pas chose aisée ou rapide. Trop de temps aura été nécessaire pour en arriver là et il y a de bien trop de choses à changer.

Pour commencer, vous avez besoin de vous fixer des objectifs:
1) Sortir de la dépendance aux antidouleurs
2) Affronter votre dépression
3) Identifier et éliminer les éléments déclencheurs de stress
4) Traiter la douleur

Ce processus ne s'accomplira pas en un jour, et vous ne pourrez atteindre tous ces objectifs à la fois. Vous aurez probablement besoin des médicaments pour affronter la douleur et la dépression AUJOURD'HUI. Traiter le stress ne serait pas pertinent à cette étape car vos pensées seront encore brumeuses. Afin de parvenir à traiter le stress et ses symptômes comme un tout, les patients peuvent envisager les massages comme une solution.

Un massage adapté peut aider à réduire la douleur, mais un massage mal effectué peut avoir l'effet inverse. Comment connaître le type de massage dont vous avez besoin? Il devra, selon le cas, être très profond afin d'effacer les anciennes zones blessées de vos muscles. S'il doit être profond, il doit aussi être extrêmement doux afin d'être correctement toléré et pleinement bénéfique. Il est fréquent que d'anciennes zones lésées soient devenues des « points de déclenchement » aussi appelées « Trigger points ». Ceux-ci peuvent causer des douleurs loin des zones lésées, le plus souvent sur des articulations ou des zones osseuses. Masser l'endroit où apparaît la douleur est souvent inefficace ; c'est à votre thérapeute d'identifier et d'effacer en douceur les zones de déclenchement. Bien qu'a terme il s'avère bénéfique, c'est un processus lent qui requiert de la patience. A aucun moment les massages ne doivent être douloureux - cela ne ferait qu'entraîner de nouveaux dommages - informez votre thérapeute dès qu'une douleur apparaît afin qu'il puisse s'adapter.

Les massages des tissus profonds sont contre-indiqués pour les patients soumis à un lourd traitement d'antidouleurs. En effet, comme le patient n'est pas en mesure de donner un retour précis au thérapeute, ce dernier peut aisément le « sur-traiter », provoquant ainsi de nouvelles blessures et plus de « Trigger Points » qui auront besoin de travail. Les premières séances devront être particulièrement douces, n'empêchant pas aux bienfaits de se faire sentir. A ce stade, l'objectif est de réduire progressivement la consommation d'antidouleurs par des massages fréquents (2 par semaine). Les massages ne seront pas suffisants pour réduire vos prescriptions médicamenteuses, un médecin devra vous accompagner. Gardez vous d'un sevrage brutal qui pourrait vous plonger dans un état de manque.

Ensuite, quand vos pensées seront plus claires, trouvez un bon psychologue qui vous aidera à modifier vos comportements et/ou les schémas de pensées à l'origine de votre stress. Continuez les massages et la diminution de vos médications, en proportion du niveau de vos douleurs. Cependant, certains ne pourront faire face au sevrage à ce stade. Préférez alors, avec l'accord de votre médecin, des antidouleurs non addictifs. Ce sera le premier pas vers votre guérison.