Trigger Points

Walt Morrey, NCBTMTB #331446-00
89 rue Montgolfier
69006 Lyon
06.43.51.36.65 Traduction : Claudine Vuitton

Que sont-ils ?
Ce sont de petites blessures situées dans le corps d'un muscle et qui peuvent provoquer des sensations douloureuses loin de leur emplacement.

Qui en souffre? TOUT LE MONDE !!

  • On en a observé chez des nourrissons au niveau du point de tendresse du rectus abdominis
  • Lors de leur recherche chez des enfants, les points de déclenchement myofasciaux se sont révélés être une source fréquente de douleurs musculo-squelettiques de l'enfance.
  • Une étude anglaise réalisée auprès de patients hospitalisés en médecine ambulatoire, a montré que les points de déclenchement étaient le plus fréquemment trouvés chez les personnes âgées de 31 à 50 ans.
  • Avec l'âge et la réduction de l'activité, la rigidité et la restriction de la gamme de mouvement (GDM), des points de déclenchement latents deviennent plus importantes que la douleur.


  • Comment les points de déclenchement peuvent-ils persister pendant des décennies?
    La théorie la plus récente sur la persistance des points de déclenchement est la suivante :
  • Lorsqu'un muscle subit une déchirure, ou tout autre blessure, qui provoque la libération de l'acétylcholine(ACh) dans la synapse souvent associé à un excès de calcium.
  • Des niveaux élevés de calcium maintiennent les portes chargées du passage du calcium ouvertes ; l'acétylcholine continue aussi d'être libérée, entraînant une ischémie.
  • L'ischémie provoque une déficience localisée en oxygène et nutriments, qui conduit à une production inadéquate d'adénosine tri-phosphate(ATP).
  • Sans ATP, le muscle ne peut pas éliminer les ions calcium qui maintiennent les « portes ouvertes » pour la libération de l'acétylcholine.
  • Eliminer le calcium superflu nécessite plus d'énergie que d'entretenir une contracture, de sorte que la contracture reste. En effet, par suite de la restriction de l'afflux sanguin à la périphérie de la contracture, l'énergie ne peut arriver jusqu'à elle.
  • La contracture est entretenue par la chimie locale, et non par les arcs-réflexes issus de la moelle épinière.
  • Tant que la plaque terminale continue à produire le flux d' acétylcholine, les filaments d'actine et de myosine glissent jusqu'à un stade de raccourcissement maximal autour de la plaque motrice terminale (au centre de la fibre).
  • En même temps qu'ils se raccourcissent, les sarcomères commencent à se rassembler, et un noeud de contracture se forme.
  • Le reste des sarcomères est ensuite étiré, créant la bande tendue, fréquente dans les points de déclenchement.


  • Règles de base pour éviter les points de déclenchement:
  • Ne jamais soulever, ou tirer quelque chose, avec le dos courbé et plié.
  • Toujours soulever les poids avec les genoux, en gardant le dos droit et face à l'avant.
  • Ne jamais se lever, ou s'asseoir sur une chaise, en se penchant en avant avec le tronc en torsion.
  • Évitez les mouvements saccadés ; cela cause un stress inutile.
  • Observez comment vous accomplissez les tâches courantes et de minimisez les mouvements inutiles.
  • Les fibres musculaires doivent alterner contraction et détente pour augmenter le flux sanguin et reconstituer les réserves d' énergie. Evitez de garder les muscles dans une position contractée ou complètement étirés - que vous soyez éveillé ou endormi.
  • Évitez d'utiliser les muscles à un niveau d'effort maximal, quand ils sont le plus susceptibles d'être tendues. Toujours préserver une certaine réserve. Imaginez une manière différente d'accomplir la tâche, si nécessaire.
  • Évitez les courants d'air - ils provoquent la contraction musculaire et favorisent l'activation des points de déclenchement.
  • Prenez une douche ou un bain chaud après l'effort.
  • Étirez-vous fréquemment, mais pas jusqu'à la douleur. Aller à la pleine ROM, mais LEN-TE-MENT étape par étape.
  • Soyez plus comme un chat qui s'étire avant de se mettre en mouvement.
  • Assurez-vous que les points de déclenchement soient libérés avant de travailler pour augmenter votre force ; sinon, votre exercice sera douloureux et non productif.
  • Renforcez vos muscles de soutien : maintenir la contraction maximale pendant 5 à 10 secondes une fois par jour est suffisant.


  • Pour la douleur au bas du dos, pratiquez la posture de yoga « le bateau » pour renforcer vos abdominaux.

  • yoga-boat

  • Pratiquez la posture de yoga « la sauterelle» pour renforcer le bas du dos : la version bras vers l'avant (illustrée) est plus difficile.

  • yoga-locust

    Facteurs rendant perennes les Points de déclenchement:
  • Les déséquilibres physiques, comme une longueur inégale de jambe ou bras courts
  • Les meubles non-ergonomiques
  • Une mauvaise posture
  • L'immobilité
  • Les mouvements répétitifs fréquents
  • Une pression en constriction sur les muscles : emballages, sacs à main, ceintures, soutiens-gorges, bords de chaises, etc.
  • Les carences nutritionnelles, en particulier en vitamines B1, B6, B12, acide folique, et C; en minéraux calcium, fer, potassium, magnésium etc.
  • La consommation d'alcool, les contraceptifs oraux, les régimes végétariens, à base de féculents ou les régimes « fracassants » Et le tabagisme peuvent tous contribuer à des carences vitaminiques.
  • Selon Travell & Simons, "près de la moitié des patients que nous voyons avec une douleur chronique myofasciale exige la résorption des carences en vitamine pour un soulagement durable."
  • L'apport nutritionnel de référence pour les vitamines préserve seulement de la maladie, mais n'intervient pas sur le fonctionnement optimal du corps.
  • Des tests ont montré que beaucoup de vitamines solubles dans l'eau (y compris B1, B6, B12, acide folique, et C) ne semblent causer aucun problème à des doses aussi élevées que 100xGDM à 10,000xGDM.